La rédaction du business plan, une étape incontournable

Startup Conseil explique pourquoi il est important de rédiger un business plan avant de créer ou de reprendre une entreprise

Le business plan est un document qui regroupe l’ensemble des informations juridiques, fiscales, sociales, comptables, économiques et financières relatives à une entreprise existante ou en création. Le business plan doit décrire l’entreprise et ses parties prenantes mais aussi justifier la faisabilité du projet afin de convaincre les investisseurs (établissements de crédits ou business angels) de financer l’entreprise. Pour cela, il est important de procéder méthodiquement et de justifier chacune des hypothèses avancées en s’appuyant sur des données tangibles et objectives.

 

Les étapes du business plan

La première partie du business plan doit présenter l’entreprise et ses parties prenantes. Tout d’abord, il est important de faire une présentation juridique de l’entreprise en justifiant les choix faits concernant la structure juridique, la structure actionnariale et les rapports de force décisionnels. Ensuite, il est important de présenter les porteurs du projet en veillant à mettre en avant leurs compétences, leur légitimité et leur complémentarité afin de prouver aux investisseurs qu’ils sont en mesure de conduire le projet. Enfin, cette première partie doit présenter l’entreprise, sa genèse, son histoire, ses ressources, ses activités et son positionnement via le mix-marketing (politique produit, politique prix, politique de distribution et politique de communication.

 

La deuxième partie du business plan doit présenter le modèle économique de l’entreprise. Pour cela, il faut s’appuyer sur l’étude de marché réalisée en amont et en résumer les points clés, c’est-à-dire les principales caractéristiques de l’offre, de la demande et de l’environnement dans lequel évolue l’entreprise. Pour illustrer les résultats de l’étude de marché vous pouvez utiliser des outils comme le SWOT (forces, faiblesses, opportunités et menaces liées à l’entreprise), le PESTEL (environnements politique, économique, sociologique, technologique, écologique ou législatif) ou les 5 forces de Porter (intensité concurrentielle, nouveaux entrants sur le marché, produits ou services de substitutions, pouvoir de négociation des fournisseurs et pouvoir de négociation des clients). Les résultats de l’étude doivent permettre d’établir des objectifs de chiffre d’affaires auxquels il est important de faire correspondre des ressources à mobiliser (moyens techniques et humains) pour être en mesure de les atteindre.

 

La troisième partie du business plan doit présenter les principales données financières de l’entreprise en précisant ses ressources et ses besoins. Parmi ces données financières on retrouve le tableau des investissements (prix d’achat, date d’achat, durée d’amortissement comptable), le besoin en fonds de roulement (ressources financières nécessaires pour encaisser le décalage entre les encaissements et les décaissements), le plan de financement initial (ressources financières nécessaires à la genèse du projet), le plan de trésorerie sur 12 mois (confrontation des encaissements et des décaissements fondée sur des prévisions tangibles afin de s’assurer que l’entreprise pourra honorer l’ensemble de ses engagements sur cette période), le seuil de rentabilité (calcul du chiffre d’affaires minimum que devra réaliser l’entreprise pour être en mesure de payer la totalité de ses charges), le plan de financement à 3 ans (présentation des ressources financières requises pendant les trois premières années d’exploitation et mise en avant de l’évolution de la structure financière de l’entreprise) et le compte de résultat prévisionnel sur 3 ans (confrontation de l’ensemble des produits et des charges prévisionnels afin d’obtenir le résultat net prévisionnel des trois premières années d’exploitation). 

 

Pour toute demande de renseignement complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter, l’équipe Start-up Conseil est à votre service.

le 4 octobre 2020